U4 (Yannis) – Florence Hinckel : Quand la peur nous donne de la force

Quatrième de couverture

Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts. Maintenant, il voit leurs fantômes un peu partout– peut-être qu’il devient fou ? Quand il sort de chez lui, terrifié, son chien Happy à ses côtés, il découvre une ville prise d’assaut par les rats et les goélands, et par des jeunes prêts à tuer tous ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis se cache, réussit à échapper aux patrouilles, à manger… Mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que ce dernier se fait tuer sous ses yeux. Il décide alors de fuir Marseille et de s’accrocher à son dernier espoir : un rendez-vous fixé à Paris..

Mon Avis

livres U4 Je n’ai pas lu beaucoup de romans Jeunesse et ce n’est pas un genre qui m’attire, alors je prendrai ça en considération et je ne mettrai pas le livre en comparaison à d’autres. « Yannis  » est une lecture facile, assez agréable et pleine de sagesse je trouve…MAIS ! avec des lacunes qui me sont probablement remarquables à cause de ma modeste connaissance en littérature Jeunesse.

Commençons par le commencement ..c’est quoi U4 ? 

Yannis fait partie des 4 tomes d’une quadrilogie nommée U4. Ce projet littéraire a réunis quatre auteurs : Florence Hinckel ( Yannis ), Carole Trébor ( Jules ), Vincent Villeminot ( Stephane ), et Yves Grevet ( Koridwen ). Les quatre personnages évoluent dans le même univers, à savoir un virus U4 qui a décimé une bonne partie de la population et nos 4 héros adolescents ( Yannis, Jules, Stephane et Koridwen) font partie des survivants Français et devraient se rendre à Paris, le 24 décembre pour remonter le temps et sauver le monde. Et du coup dans tous les tomes nos héros vont se rencontrer à un moment donné. Yannis est le premier livre de U4 que j’ai lu, je l’ai choisi au feeling et disons que j’ai été charmée par le regard félin de » Yannis  » et je ne le regrette pas 🙂 .

« Je m’appelle Yannis. Mes parents et ma soeur sont morts sous mes yeux. Depuis, leurs fantômes m’accompagnent partout. Il faut que je quitte Marseille avec mon chien sinon je vais devenir fou. Je n’ai plus qu’un espoir : arriver à temps au rendez-vous, à Paris »  –  Yannis.

Le personnage de YANNIS est très attachant et représente un peu les peurs qu’on pourrait tous avoir en période d’adolescence. Avec un estime-de-soi insuffisant et une angoisse quasi régulière, il parvient quand même à s’en sortir tout au long de l’aventure ( à sa façon ).

« La douleur vous rend plus fort. La peur vous rend courageux. Le chagrin d’amour vous rend plus sage. » – Anonyme

L’auteur (Florence Hinckel) a mis un personnage introverti dans un univers extrêmement défiant et plein de contraintes pour qu’à la fin on découvre un YANNIS courageux, brave et plein d’espoir malgré tout. J’ai apprécié comment il a évolué tout au long du livre et s’est transformé en un brave garçon impliqué dans la cause collective et universelle, alors qu’il n’était qu’un adolescent noyé dans son petit monde de jeux vidéos. Il a des positions remarquables et des citations que je prends comme des métaphores sur la vie, sans oublier ses réflexions assez philosophiques et ses décisions surprenantes.

miaw

J’ai lu des avis negatifs sur ce tome où on trouve que le personnage n’est pas tellement crédible ,que ça frôle l’exagération et qu’un ado avec le profil faiblard de YANNIS est loin d’agir si positivement en réalité. J’ai pris ça comme une sous-estimation des adolescents 🙂

Ce sont des avis à respecter mais je ne les approuve pas. Je trouve l’histoire de YANNIS aussi crédible qu’une Katniss Everdeen à la fois belle, intelligente et agile survivante. Et je crois amplement que des fois, nos peurs pourraient être notre moteur pour devenir meilleur. Et c’est exactement le cas de notre hero. Peut importe s’il y est arrivé en s’identifiant à Adrial ou autrement, finalement chacun de nous prépare sa soupe à sa façon même si on utilise la même recette 🙂 Disons que je fais partie de ces lecteurs optimistes qui aiment croire que l’espoir peut changer le monde.

J’ai aussi aimé un personnage secondaire dans l’histoire mais qui a visiblement influencé les décisions de  Yannis, c’est ELISSA. Cette dame représente la maturité dans le roman, elle est tellement sereine, sage et affective malgré l’atmosphère apocalyptique où les gens n’hésitent pas à s’entre-tuer pour survivre. Elle était comme cette petite lumière au bout du tunnel pour YANNIS, elle lui a inspiré la bonté et la paix dans ce tourbillons de tragédies.

Citations

  • L’apocalypse qui a foudroyé les humains rend le monde aux animaux . C’est peut être une bonne chose pour la nature, tout ça. Et si c’était justement la nature qui avait produit ce virus pour reprendre ses droits.
  • Au cours d’une vie, on connaît la fin de plusieurs mondes, tu sais. Le plus difficile, c’est de survivre en restant digne.
  • On ne se trouve pas, en réalité. On se construit. Il suffit d’avoir une image idéale de soi-même à atteindre. Sais-tu qui tu veux devenir?
  • Un monde où tout serait simple, parce qu’on n’aurait pas besoin de grand-chose, finalement. J’aimerais vivre comme Elissa. Plonger mes mains dans la terre pour y faire pousser à manger, pour moi, pour ma future famille, pour d’autres gens aussi, qui ne sauraient ou ne pourraient pas le faire. Un monde où les seules choses qui compteraient, ce seraient le vent, le soleil, la pluie, les rivières, les saisons. les amis.

Quand j’ai lus ces passages, j’ai eu plusieurs réflexions sur la vie, sur le vivre ensemble et sur les problèmes sociaux et la communication non-aboutie entre les générations.

  • Les adultes craignent-ils qu’on leur échappe, et qu’à cause de notre nombre on les écrase? Ont-ils peur de nous? Je trouve ça absurde! Ils devraient nous considérer comme la relève de l’humanité, plutôt que comme des ennemis à mater… Même en pleine apocalypse, ils n’arrivent donc pas à nous faire confiance ?

Conclusion

Finalement j’ai apprécié ce roman et ça m’a suffisamment intrigué pour lire le tome de  » Stephane » . Pour un roman Jeunesse, je le trouve assez bien, sans le comparer à d’autres.

khawater

Publicités

Une réflexion sur “U4 (Yannis) – Florence Hinckel : Quand la peur nous donne de la force

  1. Pingback: Index par Auteurs | ...notes imparfaites

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s