Chansons populaires de l’ère Showa – Ryū Murakami : Karaoke Terror

Tichansons-populaires-de-l-ere-showatre : Chansons populaires de l ère showa

Auteur : Ryū Murakami

Genre : Contemporain

Langue Originale : Japonais 


Mon avis sur ce livre ? C’est B&B !  (BIZARRE & BEAUTIFUL) 

Je pense, juste, que c’est la lecture la plus bizarre que j’ai jamais faite. Je reste perplexe et j’ai, alors, préféré ne pas noter le livre en étoiles sur GoodReads. Vous me comprendriez, peut être, si vous lisez ce billet. 

Synopsis :

   Six jeunes Tokyotes se réunissent régulièrement pour passer du bon temps et faire des karaokés déguisés en bord de mer. Malgré leurs origines, vécus et métiers différents, ils s’entendent bien ensemble et partagent la même attitude nonchalante et vision sinistre et du monde. Tout allait bien jusqu’au jour où l’un d’eux tue une femme et que les amies de cette dernière décident de la venger. Les victimes se multiplient, alors, et les soirées karaoké prennent un nouveau goût.

Ils n’avaient jamais vraiment connu d’épreuves dans leur vie et ils étaient absolument dépourvus de la capacité d’imaginer ce que les autres pouvaient ressentir ou désirer et il ne leur venait pas l’idée de faire un geste pour autrui.

karaoke-terror-3

    Je pense que les auteurs Japonais adorent nommer des histoires noires par des titres bleus 🙂

   En lisant « Chansons populaires de l’ère showa », mon 1er réflexe était de me renseigner sur cette ère. Et quand j’ai commencé ma lecture du roman, j’ai remarqué que les chapitres sont nommés par des titres de chansons populaires à cette époque. Mais le titre, n’est pas choisi uniquement pour rappeler le répertoire du Karaoke ou les chapitres du livre. C’est, également, un titre révélateur de ce qui a marqué cette phase de l’Histoire du Japon : désir de liberté, bombes, nihilisme, révolte et autres codes traduits par la psychologie et réflexions des personnages.

quote chansons populaires de l'ère Shoa de Ryu Murakami

   C’est mon premier roman de Ryu Murakami, qui est considéré comme, à peu prés, l’enfant maudit de la littérature Japonaise. Mais son style cru et trash ne m’a pas totalement déplu, car ça m’a aidé à imaginer cet univers sale où sont baignés les protagonistes. Et malgré la violence, le sexisme et la vulgarité qui enrobe le récit, l’humour n’y manque pas : tantôt dans les propos sarcastiques des personnages, tantôt dans leurs réflexions si « humaines ». L’auteur ne s’est pas lassé de décrire consciencieusement les soirées des personnages, leurs souvenirs et leurs tours de Pierre-feuille-ciseaux ; cela pourrait ennuyer certains lecteurs, mais m’a bien amusé, personnellement ! On sent vite le scénariste en lisant ces passages.

 Lors de ma lecture, j’imaginais l’histoire en film qui soit un mélange de Kill Bill et Tom Sawyer 🙂 Et j’ai découvert par la suite qu’il y a effectivement la version cinématographique intitulée Karaoke Terror ( et que je n’ai pas envie de regarder !).

   Que dire de ce livre … à part que c’est un roman qui est assez dérangeant à cause de ses contradictions volontaires. C’est à la fois :

  • violent et marrant,
  • contemporain et irréaliste
  • instructif et malsain

Une pause de provocation pour vous !  :

  • On dit souvent que seuls les cafards survivront à  la disparition du genre humain mais ce n’est pas vrai : c’est les bonnes femmes !
  • les bonnes femmes font chier le monde […] Les bonnes femmes sont une espèce vivante qui a cessé d’évoluer. Mais qui peut contaminer les autres espèces. Il suffit qu’une jeune femme, un jeune homme, voire un enfant, perde toute volonté et tout désir d’évoluer pour se retrouver à l’instant même transformé en bonne femme. C’est une chose terrifiante!

karaoke-women

Je ne sais pas comment qualifier un roman qui nous apprend à construire une bombe et où le crime est un acte héroïque et les femmes doivent être jeunes et jolies pour être bien considérées. Cependant je sais que c’est le genre de livres que je ne recommanderai pas à tout le monde.

Mais, comme la plupart des auteurs Japonais, Ryu Murakami m’a, quand même, offert des moments de lecture agréables et de belles paroles :

  • […] Mais pour soigner une blessure de coeur, la seule solution est de focaliser son énergie ou son espoir ou ce que vous voudrez, sur autre chose.
  • L’argent est l’outil dont on se sert pour matérialiser un échange, on a besoin d’argent pour acheter une marchandise et besoin des mots pour s’échanger des choses,
  • […] »L’homme a étrangement tendance à s’enfermer dans des comportements ordinaires lorsqu’il est soumis à une forte pression psychologique. »
Publicités

Une réflexion sur “Chansons populaires de l’ère Showa – Ryū Murakami : Karaoke Terror

  1. Pingback: Index par Auteurs | ...notes imparfaites

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s